Inscription

Veuillez vous inscrire en remplissant et soumettant le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez aussi le retrouver à l’url suivante : https://framaforms.org/les-entretiens-du-nouveau-monde-industriel-2022-1664385164

PRÉSENTATION

Les Entretiens du nouveau monde industriel 2022

Organisation du vivant, organologie des savoirs

Technodiversité, biodiversité, noodiversité : nouveaux régimes de l’habiter

Dans le cadre du programme européen Marie-Curie NEST

En partenariat avec l’Association des Amis de la Génération Thunberg

15 et 16 décembre 2022

Petite Salle – Centre Pompidou

16ème édition

Pour repenser l’anthropos à lumière de l’entropocène, nous proposons de revenir aux racines philosophiques et historiques ou, en d’autres termes, à une épistémologie historique qui permette d’exercer une critique de l’alliance qui s’est construite, au cours d’un siècle et à partir d’une pensée scientifique emprise de mécanicisme, entre un nouveau scientisme, la technoscience du numérique, et les formes contemporaines de la gouvernance. En s’appuyant sur des notions floues d’information et de programme génétiques, aux conséquences fortes, on a produit une technoscience qui déborde aujourd’hui sur le vivant. Dans le même temps, les développements technologiques issus des révolutions industrielles successives désorganisent profondément le vivant, conduisant à ce qui est couramment appelé la sixième extinction de masse de l’histoire de la Terre, appelant une réforme du rapport entre technologie et vivant.
Les démarches systémiques pour repousser les contraintes de notre fonctionnement se font au prix d’une exposition de plus en plus brutale à l’effondrement, révélant les limites mentales, physiologiques, sociales et même planétaires de l’idéologie du « il faut s’adapter ».

De nombreuses études critiques font état du rôle politique des nouvelles technologies du numérique, dans ses deux développements les plus importants, l’informatique et l’intelligence artificielle, et dans leurs conséquences pour la compréhension du vivant. Les réseaux informatiques permettent une centralisation nouvelle de l’information, voire la gestion des activités humaines par des monopoles privés et par des gouvernements aux ambitions autoritaires croissantes. Des machines nous reconnaissent et nous suivent, proposent des réponses à des questions mal posées, en raison du formatage programmé qui précède et canalise nos pensées, nos actions et nos désirs. Numérique et biologique constituent aujourd’hui le nouveau milieu noétique dont nous devons prendre soin.

En savoir plus..

Participez au débat

Sur le site polemictweet.com et sur twitter avec le hashtag #enmi22

Organisateurs

Partenaires

Programme

Session 1 : Disruption & soin du vivant

Animée par par Mael Montévil (ENS-CNRS)

Canguilhem abordait dans sa thèse les infidélités du milieu auxquelles sont confrontés les êtres vivants, en quelque sorte dans leur vie ordinaire. Mais dans l’Anthropocène ces infidélités sont décrites par les scientifiques comme des disruptions : disruptions des écosystèmes par le changement climatique, disruption des régulations hormonales par les perturbateurs endocriniens, disruption de la relation parent-enfant par l’irruption des smartphones et des tablettes, … Cette accumulation plonge le vivant dans la disruption – en étendant ici le concept de Bernard Stiegler au vivant en général – , et la disruption conduit à une extinction de masse pour le vivant non-humain, et au déclin des capacités des vivants humains (fertilité, QI, langage, attention, …) .

Comment prendre soin du vivant dans la disruption ?

Jeudi 15 décembre – 10h00-12h30

10h00-10h30 : Maël Montévil (théoricien de la biologie)

10h30-11h00 : Ana Soto (biologiste)

11h00-11h30 : Marie-Claude Bossière (pédopsychiatre) et Hakima Yacouben (parent ambassadrice)

11h30-12h00 : Manuel Blouin (agroécologie (sous réserve) – sous réserve

12h00-12h30 : Discussion

Session 2 : Extinction / Diversité

Animée par Giuseppe Longo (ENS-CNRS-AAGT)

L’analyse phylogénétique du vivant se propose d’ordonner a posteriori dans le temps les apparitions des différents traits partagés entre espèces. Les corps biologiques sont des mosaïques historiques dont les pièces ont été assemblées (ou perdues) de manière contingente, sous les contraintes des environnements passés et en relation avec les autres membres des divers écosystèmes. Nul programme, nulle destinée ne gouverne le déploiement évolutif de la biodiversité. Il en va de même pour le changement des écosystèmes, et pour le développement embryonnaire qui est en lui-même un phénomène évolutif.  En particulier, il est primordial de saisir que les espèces qui s’éteignent ne se réduisent pas à quelques chiffres ou à des spécimens figés pour l’éternité au fond de collections muséales. Le phénomène d’extinction se décline par degrés et dans une pluralité de processus « zombies » qui persistent au niveau des dynamiques écologiques et évolutives. Sans oublier que la perspective d’extinction interroge notre rapport à la nature à travers ce que l’on nomme les « extinctions studies » et notre propre angoisse face aux risques d’effondrement sociaux et humains, par rapport à laquelle nous essayerons de réfléchir à l’urgence actuelle et réelle de la crise de la biodiversité.

Jeudi 15 décembre – 14h00-16h30

14h00-14h30 : Guillaume Lecointre (chercheur en systématique)

14h30-15h00 : Julien Delord (agronome)

15h00-15h30 : Giuseppe Longo (mathématiques et biologie)

15h30-16h30 : Discussion

Présentations artistiques et pédagogiques du programme NEST (projet Archipel des vivants)

Coordination : Noël Fitzpatrick et Glenn Loughran (TU Dublin)

Jeudi 15 décembre – 17h00-19h00

17h00-17h30 : Paolo Vignola (philosophe)

17h30-18h00 : Glenn Loughran (artiste et éducateur)

18h00-18h30 : Disnovation (artistes)

18h30-19h00 : Discussion

Session 3 : Réconciliation du territoire au cœur des milieux vivants

Animée par Vincent Loubière (IRI / Odyssee.co)

S’extraire du simplisme moderne et industrialiste pour rassembler les variables et embrasser pleinement la complexité, la subtilité et l’élégance de notre milieu, tel est le défi auquel fait face le aujourd’hui le génie humain. L’approche systémique et bio-compatible apparait désormais comme une révision essentielle de notre logiciel cognitif et analytique, fondement d’un nécessaire Nouveau Génie Urbain pour non plus aménager mais bel et bien emménager des espaces de vie durable au sein même du système terrestre et vivant. Aujourd’hui au seuil d’un basculement du contexte sociotechnique, nous proposons de naviguer à travers les échelles pour saisir ce nouveau paradigme, pour porter le regard critique aux errances du passé, pour observer avec enthousiasme les nouveaux horizons.

Vendredi 16 décembre – 10h00-12h30

10h00-10h30 : Christelle Larrieu 

(Chargée de mission synthèses environnementales)

10h00-10h30 : Aristide Athanassiadis (urbaniste)

10h30-11h00 : Guillaume Faburel (géographe)

11h00-11h30 : Anne Asensio (désigner)

Session 4 : Grammatisation et savoirs : modifications de notre rapport à l’environnement et à l’alimentation

Animée par Vincent Puig (IRI)

La vie technique comme geste d’invention avec les machines chez Simondon repose à la suite de Canguilhem, sur notre capacité à maitriser la normativité des organes vivants et techniques pour pouvoir en prendre soin. Cette condition pharmacologique procède d’une longue histoire des processus de catégorisation et de grammatisation qui fondent les gestes, la parole, les langages, l’écriture et les techniques et par conséquent nos savoirs biologiques, techniques ou sociaux. Dans cette session, inspirée de la pensée (ex-)organologique de Bernard Stiegler, nous examinerons ces processus dans le temps et dans l’espace et comment ils sont aujourd’hui un enjeu pour la capacitation, le développement et la pratique des savoirs liés au vivant, au biologique, et à l’alimentation.

Vendredi 16 décembre – 14h00-17h00

14h00-14h30 : Gilles Clément (paysagiste et écrivain)

14h30-15h00 : Christophe Lavelle (biophysicien)

15h00-15h30 : Jean-Michel Sorba (agronome) et Ghjacumina Aquaviva-Bosseur (anthropologue)

15h30-16h00 : Sarah Czerny (anthropologue)

16h00-16h30 : Laurent Monnet (Plaine Commune)

16h30-17h00 : Discussion

Table ronde : « Bifurquer »

Organisée en collaboration avec l’association des amis de la génération Thunberg

L’appel à « Bifurquer », lancé par des étudiants d’Agro Paris-Tech à leur cérémonie de diplôme, a été suivi par un mouvement plus large d’étudiants et de chercheurs, qui ont appelé à la désertion d’activités absurdes et néfastes pour le vivant. Critiques du greenwashing et du solutionnisme technologique, de nouvelles générations d’ingénieurs et de scientifiques cherchent encore des voies pour faire bifurquer le système techno-économique (c’est-à-dire, industriel), au-delà de leurs seules carrières individuelles. Comment opérer des transformations dynamiques de ce
système, au-delà de la fausse alternative entre désertion et compromission ? Quelle « stratégie des bords » pourrions-nous collectivement envisager, si l’on reprend un concept de Bernard Stiegler : des bords tout à la fois transitionnels, existentiels et inventifs de la macrostructure, capables de la faire bifurquer dans son centre ?

Vendredi 16 décembre – 17h00-18h30

Animateurs : Marie Chollat-Namy et Victor Chaix (AAGT-AI)

Participants : Gabrielle Ramirez, Jean-Christophe Lipovac, Philippe Khun, Somhack Limphakdy, Victoria Berni

Intervenants

Alain Damasio

Écrivain

Bio à venir

Anne Asensio

Dassault Systèmes

Après 30 ans à différents postes exécutifs et de management du design dans l’industrie Automobile, Directeur Général chez General Motors en charge du Design des huit marques du groupe, et Renault Directrice du Design pour les gammes Twingo, Clio, Scénic… Anne ASENSIO rejoint Dassault Systèmes en 2008 qualité de Vice-Présidente Design Expérience. Elle y crée la fonction « Design » de Dassault Systèmes et le Design Studio, rassemblant une équipe multidisciplinaire en stratégie d’innovation par le design, Design de l’expérience, « d’Upstream Thinking » de recherche en design, de design management et conseil. Prônant une approche participative et réflexive au regard des nouvelles technologies et des univers virtuels, le Design Studio accompagne les clients de Dassault Systèmes au sein de secteurs industriels en forte croissance dans leurs besoins en transformation, en innovation digitale et durable, vers de nouveaux business modèles pour une économie circulaire, vers des processus de conception vertueux et émancipateur, comme manifestation de leur proposition de valeur auprès de leurs clients ultimes. Imaginant des scénarios alternatifs pour transformer le monde dans lequel nous vivons en un monde plus durable et souhaitable, le studio engage la réflexion, l’expérimentation et la confrontation des approches croisées entre le social et les technologies par la création et, finalement, l’installation de la valeur du design pour le bien-être des utilisateurs, des citoyens et de la société.

Ariel Kyrou

Journaliste

Bio à venir

Aristide Athanassiadis

EPFL

Bio à venir

Christophe Lavelle

Muséum National d’Histoire Naturelle

Christophe Lavelle est chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris. Spécialiste de l’alimentation, il enseigne la physico-bio-chimie culinaire au sein de nombreuses universités et écoles et donne régulièrement des conférences auprès du grand public et des professionnels (chefs, formateurs, ingénieurs). Il est également co-responsable du réseau PALIM (Patrimoines Alimentaires) de Sorbonne Université et formateur à l’INSPE pour les professeurs de cuisine. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont “Toute la chimie qu’il faut savoir pour devenir un chef!” (Flammarion, 2017), ″Je mange donc je suis. Petit dictionnaire curieux de l’alimentation″ (Editions du MNHN, 2019) et “Molécules. La science dans l’assiette” (Les Ateliers d’Argol, 2021).

Gabrielle Ramirez

Desrt’heureuses

Gabrielle Ramirez, après 10 ans dans l’ingénierie, d’abord dans le génie civil industriel puis dans les énergies renouvelables, a fait le choix en 2022 de déserter ces secteurs. De par ces activités professionnelles, elle a contribué à l’aggravation des désastres environnementaux et sociaux en cours, au service d’un système capitaliste et extractiviste. Elle a rejoint le collectif des Désert’heureuses pour porter publiquement une critique des métiers industriels en général et celui de l’ingénieur en particulier, actuellement trop peu questionnés.

Gilles Clément

Écrivain

Sous réserve

Giuseppe Longo

CNRS / ENS

Giuseppe Longo est un spécialiste de logique mathématique et de l’épistémologie des mathématiques et de la biologie. Il a été d’abord professeur de Logique Mathématique puis d’Informatique à l’Université de Pise, ensuite, Directeur de Recherche CNRS aux départements de Mathématiques et d’Informatique de l’Ecole Normale Supérieure, puis au centre interdisciplinaire Cavaillès. Depuis une quinzaine d’années son oeuvre porte sur les relations entre Mathématiques et Sciences de la nature, dont en premier lieu la biologie évolutive et des organismes. Il est adjunt professor, School of Medicine, Tufts University, Boston. Membre de l’Academia Europaea. Dans les années ’80, il a été post-doc à Berkeley et au MIT, professeur invité à Carnegie Mellon, à Oxford (GB) et Utrecht (NL), pour trois ans au total. Fondateur et rédacteur en chef de Mathematical Structures in Computer Science, Cambridge U.P. (1991-2015), il dirige une collection de livres chez Hermann, puis Spartacus IDH. Co-auteur des livres avec A. Asperti, Categories, Types and Structures. Category Theory for the working computer scientist. M.I.T. Press, 1991; avec F. Bailly, Mathematics and the natural sciences: The Physical Singularity of Life ; avec M. Montévil, Perspectives on Organisms: Biological Time, Symmetries and Singularities (Springer, Berlin, 2014). Avec A. Soto, il a édité From the century of the genome to the century of the organism: New theoretical approaches, Prog Biophys Mol Biol, 2016. Il a été responsable d’un projet à l’IEA de Nantes sur le concept de loi, en sciences humaines et de la nature (voir le volume chez Spartacus IDH avec ce titre). Son projet actuel développe une épistémologie des nouvelles interfaces explorant les corrélations historiques et des alternatives à la nouvelle alliance entre formalismes computationnels et gouvernance de l’homme et de la nature par les algorithmes et par des “méthodes d’optimalité” prétendument objectives.

Glenn Loughran

TU Dublin

Glenn Loughran is an artist, lecturer, and researcher at the TU Dublin School of Art and Design.


Since 2015 he has been the course leader on the B.A in Visual Art on Sherkin Island, and in 2020 he set up the archipelagic MA Art and Environment in West Cork. Research interests
include transdisciplinary education, artistic research, socially engaged art, critical pedagogy,
Island studies, and environmental arts. Current research activities include: PI / Erasmus+
FAST45: Futures Art School Trends / 2021 – 23 (WP 3), CO-PI / Marie Curie – NesT –
Archipelagos of the Living / 2012 – 25 (WP3), ELIA: Working Group on Artistic Research / 2020
– 2023. Recent Artistic Research: Contributory Work (OPP 2020 – 21), Parasitic Radio (2021-
). For more info see: www.glennloughran.com

Guillaume Faburel

Université de Lyon

Bio à venir

Guillaume Lecointre

Muséum national d’Histoire naturelle

Guillaume Lecointre est enseignant-chercheur (UMR 7205), zoologiste, systématicien, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle où il occupe les fonctions de conseiller scientifique du président En 2022 il avait publié 142 publications professionnelles (indice h 46) et 28 livres. Ses recherches portent sur la phylogénie et la systématique des poissons téléostéens, tant à partir de données moléculaires qu’anatomiques. Son terrain de zoologiste est le plateau continental antarctique. Ses activités relatives à l’amélioration de l’enseignement des sciences et de diffusion des connaissances sont très significatives ; il a notamment tenu durant dix ans la rubrique scientifique hebdomadaire de Charlie Hebdo. Il est double Lauréat de la Société Zoologique de France (1996, 2006), Prix national 2009 du Comité Laïcité République, Prix 2012 de l’Union Rationaliste, et fait chevalier de la légion d’honneur en 2016.

Hakima Yacouben

Coordinatrice des parents ambassadeurs

Hakima Yakouben est mère de famille, habitante de Seine Saint Denis, et participe à la recherche de clinique contributive avec l’IRI ; elle témoigne des effets de la surexposition de son enfant aux écrans. Son itinéraire de capacitation en fait un témoin majeur d’une part de la toxicité pharmacologique de ces technologies, et d’autre part des effets d’une augmentation et reconnaissance des savoirs, promue par Bernard Stiegler. Son expérience en fait un soutien de choix pour les nouveaux parents-ambassadeurs qui rejoignent la Clinique Contributive.

Jaqueline Aquaviva

L’Università di Corsica

Enseignante de langue et culture corses à l’Università di Corsica, membre de l’UMR Lisa 6240 spécialisée en anthropologie culturelle, ses recherches portent sur la relation au milieu portée par la langue et les usages de tradition orale.

Ghjacumina Acquaviva-Bosseur est l’Autrice de DÌ è Campà un paese soiu. Ed Piazzola, 2020.

Jean-Christophe Lipovac

Zoein

Urbaniste de formation, Jean-Christophe Lipovac est actuellement Directeur de l’Association Zoein – https://zoein.org/ – qui vise à accompagner et à mettre en réseau des territoires engagés dans l’expérimentation du « Revenu de Transition Ecologique » (RTE). Le RTE a été conceptualisé par Sophie Swaton, enseignante-chercheure à l’Université de Lausanne, et Présidente-Fondatrice de la Fondation d’utilité publique Suisse Zoein. 

Jean-Christophe a accompagné le lancement et la mise en œuvre opérationnelle de la première « Coopérative de Transition Ecologique » créée en France sur le principe de l’expérimentation du RTE : la Coopérative Tilt (www.tilt.coop). Sous le statut de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), Tilt est une Coopérative d’Activités et d’Emplois (CAE) dont la vocation est d’accompagner des initiatives citoyennes et entrepreneuriales engagées en faveur de la transition écologique en Hauts-de-France.

Précédemment, durant plus de 4 ans, Jean-Christophe Lipovac a exercé la fonction de Directeur de projet Transition écologique et sociale à la Ville de Grande-Synthe, après avoir assuré la fonction de Conseiller Technique Développement durable et ville en transition auprès de Damien Carême, Maire de Grande-Synthe. 

Sa carrière professionnelle a également été marquée par près de 14 années d’activités au sein d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP) entre l’Etat et la Région Hauts-de-France sous l’égide du Ministère de la Transition Ecologique : le Centre Ressource du Développement Durable des Hauts-de-France (www.cerdd.org).

Jean-Christophe participe ponctuellement à la Revue Scientifique « Développement Durable et Territoires » (http://developpementdurable.revues.org), mais aussi aux travaux du Labo de l’Economie Sociale et Solidaire (www.lelabo-ess.org), de l’Institut Européen de l’Economie de la Fonctionnalité et de laCoopération (www.ieefc.eu) et de la Fabrique des Transitions (https://fabriquedestransitions.net). 

Jean-Michel Sorba

INRAE

Ingénieur au sein de l’UMR Selmet (INRAE), Jean Michel Sorba a prolongé des études agricoles initiales par un cursus en sociologie portant sur les formes d’organisation et les médiations entre les activités productives et les usages des aliments. Ses recherches prennent pour trame les relations entre le travail de redéfinition des produits en aliment et de redéfinition des facteurs de production en milieu-ressources dans le contexte des crises écologiques en cours.

Julien Delord

Université de Toulouse-Le Mirail

Julien Delord, ingénieur agronome, écologue, docteur en histoire et philosophie des sciences, ancien maître de conférences, est enseignant-chercheur indépendant. Il est l’auteur de L’extinction d’espèce. Histoire d’un concept et enjeux éthiques, (Paris, Publications du MNHN, 2010) et travaille actuellement à développer une philosophie étendue de l’écologie à l’heure où l’Anthropocène redéfinit notre rapport au monde.

Laurent Monnet

Plaine Commune

Bio à venir

 

Manuel Blouin

INRA

Bio à venir 

Maria Roszkonska

Disnovation

MARIA ROSZKOWSKA [PL/FR] est une artiste et designeuse critique. En 2012, elle a co-fondé le collectif DISNOVATION.ORG et, depuis, signe ses travaux artistiques au sein du collectif. Son travail étudie les relations entre les humains et la technologie moderne en mettant en évidence les formes et pratiques alternatives qui émergent dans les zones périphériques des discours dominants sur l’innovation technologique. En 2010, au sein d’EnsadLab Paris, elle coordonne l’édition Don’t Brand My Public Space!  une enquête critique sur la question des villes appliquant des stratégies de branding. Elle est lauréate du Design Trust (Hong Kong, 2018) pour une recherche sur la culture du Shanzhai en Chine. En 2019, elle a contribué à la conception de REALTIME: Making Digital China, une publication sur les récits de la transformation numérique chinoise. Le collectif DISNOVATION.ORG a récemment co-édité avec Nicolas Nova A Bestiary of the Anthropocene, un atlas des créatures hybrides d’origine anthropique, et The Pirate Book, une anthologie sur le piratage de contenus culturels. Le travail en cours participe du projet Post Growth, qui invite à mettre en perspective critique les imbrications entre les mécanismes de la croissance et les crises écosystémiques contemporaines.

Marie Chollat

AAGT

Bio à venir 

Marie-Claude Bossière

IRI

Marie-Claude Bossière, pédopsychiatre praticien hospitalier, psychiatre à la Maison des Femmes de St Denis (93), milite pour une information concernant les effets des écrans sur le développement des jeunes enfants avec le collectif CoSE (Collectif Surexposition Ecrans). Elle participe à la recherche de clinique contributive initiée par Bernard Stiegler, à St Denis. Ses dernières publications chez Enfances et Psy, sont “Plaidoyer pour un nouveau syndrome EPEE (Exposition Précoce et Excessive aux Ecrans) », “Les effets des écrans sur les tout-petits – hypothèses sociétales et psychomotrice »,(2018) et ” L’arrêt d’une surexposition aux écrans peut-il normaliser un score d’autisme? » en 2020. 

Maël Montévil

CNRS

Maël Montévil est chargé de recherche au CNRS, à la République des savoirs, USR 3608, École Normale Supérieure. Il est biologiste théoricien travaillant au carrefour de la biologie expérimentale, des mathématiques et de la philosophie. Il a développé le cadre de la clôture entre contraintes et travaillé sur l’historicité biologique et ses implications pour la théorie et la modélisation. Ses travaux portent aussi sur des problématiques actuelles telles que les perturbateurs endocriniens et, plus généralement, les disruptions du vivant dans l’Anthropocène et nos réponses à celles-ci. Maël Montévil est l’auteur de plus de vingt-cinq articles dans des revues internationales et d’une monographie avec Giuseppe Longo : Perspectives on Organisms.

Nicolas Maigret

Disnovation

NICOLAS MAIGRET [FR] est un artiste et commissaire d’exposition. En 2012, il a co-fondé le collectif DISNOVATION.ORG et, depuis, signe ses travaux artistiques au sein du collectif. DISNOVATION.ORG est un collectif de recherche créé à Paris, dont les membres principaux sont Maria Roszkowska (PL/FR), Nicolas Maigret (FR) et Baruch Gottlieb (CA/DE). Les actions de ce groupe de travail international se situent à l’interface de l’art contemporain, de la recherche et du hacking, et composent des équipes sur mesure pour chaque investigation en collaboration avec des universitaires, des activistes, des ingénieurs et des designers. En particulier, leurs récentes provocations artistiques visent à alimenter des réflexions et des pratiques Post-Croissance, tout en opérant une déconstruction méthodique des promesses présentant la “croissance économique” et les “solutions technologiques” comme remèdes aux désastres écosystémiques largement causés par ces dernières. Ils ont récemment coédité avec Nicolas Nova A Bestiary of the Anthropocene, un atlas des créatures hybrides d’origine anthropique, et The Pirate Book, une anthologie sur le piratage de contenus culturels. Le travail en cours participe du projet Post Growth, qui invite à mettre en perspective critique les imbrications entre les mécanismes de la croissance et les crises écosystémiques contemporaines. 

Larrieu Christelle

Service statistique du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires 

Paolo Vignola

Université des Arts de Guayaquil

Docteur en philosophie, il est chercheur associé à l’Université des Arts de Guayaquil (UArtes, Equateur) et professeur de Master en Philosophie Contemporaine à l’Université d’Azuay (Equateur). Ses travaux s’insèrent dans le cadre de la philosophie contemporaine, la philosophie de la technologie, l’écologie politique et l’esthétique. Il est co-fondateur de la revue internationale La Deleuziana, membre du Réseau d’études latino-américaines sur Deleuze et Guattari, du Réseau international Digital Studies, et du Réseau posthumaniste italien. Il est membre du comité scientifique des revues Ethics&Politics et Philosophy Kitchen, et co-coordinateur pour UArtes du projet international Networking Ecologically Smart Territories (Horizon 2020, MSCA-RISE). Il a traduit plusieurs œuvres et essais de Stiegler, a publié plusieurs livres en tant qu’auteur et directeur, ainsi que de nombreux essais dans revues et livres collectifs (en italien, espagnol, français et anglais). Sa “Biographie intellectuelle de Gilles Deleuze” est en cours de publication chez l’éditeur italien Carocci (2023).

Philippe Kuhn

Mercenaires de transition

Bio à venir 

Sarah Czerny

Université de Rijeka

Sarah Czerny est une anthropologue sociale, qui a fait ses études à l’Université d’Édimbourg. Elle travaille à l’Université de Rijeka, en Croatie, au Département d’études culturelles. Ses intérêts de recherche portent sur la production de lait et de fromage, et elle a publié le livre « Absent Interests : On the Abstraction of Human and Animal Milks » Leiden : Brill (2022). Actuellement, elle mène des recherches sur la relation entre le lait laitier et le fromage du lait et le fromage d’origine végétale.

Somhack Limphakdy

Mercenaires de transition

Somhack LIMPHAKDY est engagée tant à titre professionnel, comme enseignante-chercheuse, qu’à titre personnel, comme citoyenne sur les conditions du politique. Elle interroge les fondements des droits et du Droit, comment celui-ci peut participer à la préservation, voire à la restauration de nos Communs. Elle questionne les processus de prise de décision et comment la qualité de leur mise en oeuvre investissent notre responsabilité en tant qu’humanité vis-à-vis des vivants, de la biosphère, de la noosphère en interaction avec la technosphère.

Victor Chaix

AAGT

Victor Chaix est étudiant en Master d’Humanités Numériques, à l’Université de Bologne. Il est membre fondateur et vice-président de l’Association des Amis de la Génération Thunberg, dont il anime notamment le blog sur Mediapart. Avec plusieurs expériences dans le journalisme – dont Le Monde et le quotidien en ligne Reporterre – ainsi qu’un certain “médiactivisme”, dans le cadre du mouvement Extinction Rebellion, son travail se concentre sur la médiation numérique, dans ses aspects théoriques aussi bien que dans sa pratique.

Victoria Berni

Desrt’heureuses

Victoria Berni-André, connue sous le nom de « Vivi au pays des alternatives » sur les réseaux sociaux, est média-activiste et militante pour une écologie radicale, féministe et anticapitaliste. Elle s’investit à temps plein dans des lieux de vie collective et de lutte contre des grands projets inutiles et imposés. Elle a déserté en 2019 ses missions d’ingénierie urbaine et environnementale.

Éditions précédentes

2021 : LA SOCIÉTÉ INTERMITTENTE : LA VIE DANS LE (NÉGU)ANTHROPOCÈNE

Voir le site de l’édition 2021
Voir les vidéos de l’édition 2021

2020 : PRENDRE SOIN DE L’INFORMATIQUE ET DES GÉNÉRATIONS

Voir le site de l’édition 2020
Voir les vidéos de l’édition 2020

2019 : INTERNATIONAL, INTERNATION, NATIONS, TRANSITIONS : PENSER LES LOCALITÉS DANS LA MONDIALISATION

Voir le site de l’édition 2019
Voir les vidéos de l’édition 2019

2018 : L’INTELLIGENCE DES VILLES ET LA NOUVELLE RÉVOLUTION URBAINE.

Voir le site de l’édition 2018
Voir les vidéos de l’édition 2018

2017 : BÊTISE ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLES.

Voir le site de l’édition 2017
Voir les vidéos de l’édition 2017

2016 : PENSER L’EXOSOMATISATION POUR DEFENDRE LA SOCIETE.

Voir le site de l’édition 2016
Voir les vidéos de l’édition 2016

2015 : LA TOILE QUE NOUS VOULONS : du web sémantique au web herméneutique.

Voir le site de l’édition 2015
Voir les vidéos de l’édition 2015

2014 : LA “VÉRITÉ” DU NUMÉRIQUE

Voir le site de l’édition 2014
Voir les vidéos de l’édition 2014

2013 : LE NOUVEL ÂGE DE L’AUTOMATISATION

Voir le site de l’édition 2013
Voir les vidéos de l’édition 2013

2012 : Digital Studies, organologie des savoirs et technologies industrielles de la connaissance.

Voir le site de l’édition 2012
Voir les vidéos de l’édition 2012

Archives

Voir toutes les éditions précédentes