Session 3

Session 3 :  Opacité des instruments scientifiques et conséquences épistémologiques

Mercredi 20- décembre 10h – 13h

Imagine-t-on Galilée étant obligé d’utiliser une lunette d’observation acquise sur le marché qu’il n’aurait ni le droit ni la possibilité effective d’étudier, d’analyser, de formaliser et de modifier en vue d’expérimenter selon ses thèses et hypothèses ? Un tel état de fait aurait évidemment fait obstruction à l’avènement de la physique et de la science modernes. C’est pourtant ce qui paraît caractériser la science contemporaine, au point qu’il n’est pas illégitime de se demander dans quelle mesure on peut encore concevoir une unité de la science – cependant que l’Europe semble tout à fait dépassée par ce qui constitue évidemment un enjeu majeur dans une compétition pour le pouvoir sur les savoirs, et à travers les instruments et leurs capacités prescriptrices cachées.

 

 

Intervenants

 

Vincent Bontems, épistémologie (CEA)

Cédric Mattews, biologie (CNRS)

Anaïs Nony, (Florida States University)

Maël Montévil, biologie (IRI)