Session 2

Session 2 : Information et signification, de la vie endosomatique à la vie exosomatique : entre calcul et incalculable, entre biologie et informatique

Mardi 22 décembre – 14h00-16h30

La notion d’information a été introduite en biologie à la suite de plusieurs événements scientifiques : la publication de la théorie mathématique de la communication de Shannon en 1948, la mécanisation de certains calculs avec la première implémentation d’une machine équivalente à celle de Turing (ENIAC) en 1945, et la découverte de la structure de l’ADN en 1953. Et pourtant, d’un point de vue théorique, le concept d’information demeure encore flou aujourd’hui : les biologistes se réfèrent à la fois à Shannon et à Turing, alors que les deux cadres sont fort différents. Surtout, le concept d’information tend à laisser croire que la compréhension du vivant pourrait être obtenue par le “décryptage” de l’ADN, qui donnerait sa forme à l’organisme. De même, dans la vie exosomatique, à l’époque de la génération automatique d’articles par les systèmes d’intelligence artificielle, certains tendent à penser que les textes et plus généralement les données auraient un sens intrinsèque, accessible par une mécanique calculatoire. Dans les deux cas, la notion d’information fait disparaître l’activité vivante au profit d’une interprétation mécanique des processus en jeu, sans que cette dernière ne soit justifiée ou même réellement élaborée théoriquement. Comment dépasser ce paradigme informationnel pour penser non seulement le vivant, mais aussi la forme technique de la vie et les nouvelles machines computationnelles qui constituent son milieu ambiant ?

Interventions :

Yuk Hui – Hong Kong University

Recursivity, incalculable and incomputable

Maël Montévil – IRI et IHPST, Université paris 1

[titre de l’intervention à venir]

Jean Lassègue – CNRS LIAS & Giuseppe Longo – CNRS et ENS

La nature, la société et l’ordinateur : de la connaissance à la gouvernance