5 et 6 décembre 2014. Centre Pompidou. Paris.

LA "VÉRITÉ" DU NUMÉRIQUE – Recherche et enseignement supérieur à l'époque des technologies numériques

PRESENTATION

Les Entretiens du nouveau monde industriel 2014

LA “VÉRITÉ” DU NUMÉRIQUE – Recherche et enseignement supérieur à l’époque des technologies numériques

Paris. Centre Pompidou. Grande Salle. 5 et 6 décembre 2014

 

8ème édition

Depuis 1993, avec le world wide web qui a rendu accessible à tous ce que Clarisse Herrenschimdt a appelé l’écriture réticulaire, l’université est entrée dans un nouvel âge.
L’avènement de la technologie numérique constitue une nouvelle épistémè affectant la nature même des savoirs sous toutes leurs formes. Ce fait majeur, massif, et à bien des égards stupéfiant, requiert le développement de digital studies – d’études digitales.
De nouvelles conditions de publication, de confrontation, de certification et d’éditorialisation des savoirs se mettent en place. Elles correspondent aux nouvelles règles et méthodes heuristiques, herméneutiques, didactiques et pédagogiques qui tout à la fois en surgissent et s’en emparent, formant l’épistémè du XXIè siècle selon un processus dynamique qui doit pousser les institutions académiques, l’industrie et le monde économique à coopérer pour en produire une vision à long terme au-delà du story telling dont le marché est devenu l’agent permanent.

En savoir plus..

Finalités

Le but de ce colloque est à la fois de faire une sorte de panorama des grandes questions épistémologiques qui se posent dans le contexte de ce que nous avons cru pouvoir appeler l’épistémè numérique, et de recommander des évolutions à la puissance publique et à l’institution académique dans son ensemble qui soient pleinement inscrites dans une perspective privilégiant fondamentalement le développement et la transmission des savoirs – et non seulement de la modernisation de la pédagogie ou du développement de compétences nouvelles, ce qui est par ailleurs indispensable.

 

 

Programme

This page is available in english.

Session 1 : L’ère numérique des savoirs et des non-savoirs

Vendredi 5 décembre – matinée

L’écriture numérique réticulaire affecte toutes les formes de savoir : vivre, faire, concevoir. Elle réactive ainsi la question du statut de l’inscription, de la trace et de la discrétisation comme conditions de possibilité des savoirs qui fondent les enseignements supérieurs (c’est-à-dire constitués par l’expérience apodictique inaugurée par la géométrie).
C’est pourquoi la numérisation du champ académique requiert une requalification des cadres épistémologiques – ce qui constitue le programme des études digitales dont les lignes directrices furent ébauchées au cours de l’édition 2012 des ENMI.

9h30

Bernard Stiegler (IRI, UTC, Conseil National du Numérique)
Traces, rétentions, raisons : organologie et pharmacologie des études digitales

10h15

David Bates (Université de Californie, Berkeley)
Automatisation et théorie de la faille

11h00

Jean Lassègue (EHESS)
Turing, l’écriture et l’informatique

11h45

Guiseppe Longo (ENS Ulm)
La machine à états discrets, sa logique, sa physique: du dualisme informationnel à un nouveau monisme sans matière

12h30

Discussion

13h00

Déjeuner

Session 2 : Phénoménotechniques des sciences de la nature et de l’esprit

Vendredi 5 décembre – après-midi

Dans sa pensée de l’esprit scientifique, Gaston Bachelard introduisit la question du statut de l’écriture solidairement avec celle de la technicité des phénomènes scientifiques. Ecritures scientifiques et phénoménotechniques constituent les dimensions primordiales de ce que Michel Foucault appellera plus tard les « régimes de vérité », et qu’il appréhendera lui-même à partir de la question de l’archive comme régime de matérialité. En astrophysique comme en biologie, en philosophie du droit comme en sociologie, l’organologie scientifique numérique nécessite plus que jamais l’étude « phénoménotechnique » des « régimes de vérité » et de « matérialité » contemporains.

14h30

Antoinette Rouvroy (FNRS Namur)
La gouvernementalité algorithmique comme régime de vérité

15h15

Dominique Cardon (Orange, Université de Marne la Vallée)
Sciences sociales et données

16h00

Pause

16h15

Vincent Minier (CEA) et Vincent Bontems (CEA)
Le cycle de l’image de l’astrophysique : l’objet-image et la culture numérique

17h00

Cédric Matthews (CNRS)
L’innovation permanente dans la biophotonique

17h45

Discussion

18h45

Fin de la première journée

Session 3 : Conceptions instrumentales transdisciplinaires

Samedi 6 décembre – matinée

Ce qui constituait autrefois le domaine supposé mineur des « sciences auxiliaires » (bibliothéconomie, documentation, archivistique, publication) devient l’élément transdisciplinaire et architectural des formes de savoir, et la condition de leur coopération. La mémoire, ses grandes allégories, ses strates et ses écrans se reconfigurent avec la numérisation.

Ces instruments communs qui conditionnent peut-être la possibilité d’un open access véritable peuvent-ils engendrer de nouveaux champs transdisciplinaires ? Comment les concevoir, les spécifier et les développer ?

9h30

Hidetaka Ishida (Université Todaï, Tokyo)
Ipad, wunderblock, hybrid reading

10h15

Gerald Moore (Univertsité de Durham, UK)
Humanités et « tournant computationnel » de la société hyperindustrielle

11h00

Denis Peschanski (CNRS, Paris 1 Sorbonne)
Memory studies et digital studies

11h45

Franck Cormerais (Université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne)
Mémoire numérique et transdisciplinarité

12h30

Discussion

13h00

Déjeuner

Session 4 : Chercher, enseigner, éduquer dans l’anthropocène digitalisé

Samedi 6 décembre – après-midi

Les nouveaux instruments des savoirs sont – et à l’avenir seront plus encore – ceux de la controverse scientifique tout autant que de la guerre économique, de l’éducation et de la souveraineté politique et administrative. Les soubresauts provoqués au cours de la dernière décennie sous l’effet web collaboratif dans l’économie éditoriale scientifique aussi bien que dans l’organisation des institutions d’enseignement supérieur et de recherche nécessitent une reconsidération très approfondie des modèles organisationnels, des rythmes et des territoires de la recherche aussi bien que des modalités de l’enseignement, des rapports entre les niveaux académiques et des relations entre institutions du savoir et société.

14h30

Warren Sack (Université de Californie, Santa Cruz)
Code and critical theory

15h15

Hélène Mialet (Université de Californie, Berkeley)
Anthropologie du numérique

16h00

Francis Jutand (Institut Mines Télécom)
La ville laboratoire

16h45

Claude Kirchner (INRIA)
Open access et politiques industrielles

17h30

Valérie Peugeot (Conseil National du Numérique, Orange), Daniel Kaplan (Conseil National du Numérique, FING)
Littératie du numérique et enseignement

18h15

Discussion générale

18h45

Bernard Stiegler
Conclusions

 

RESSOURCES

Ressources pour préparer la conférence :

Entretiens_preparatoires
Liens

Editions précédentes

2013 : LE NOUVEL ÂGE DE L’AUTOMATISATION

Voir l’édition 2013
 

2012 : Digital Studies, organologie des savoirs et technologies industrielles de la connaissance.

Voir l’édition 2012
 

Archives

Voir toutes les éditions précédentes